Une décomposition des corps difficile !

Ce mois-ci, les abonnés de Résonance Magazine ont pu découvrir un article plus que surprenant !

En effet, depuis quelques temps les pompes funèbres d’Outre-Rhin ont constaté un ralentissement récurrent dans le processus de décomposition des corps humains enterrés. Un phénomène qui s’observe également en France, en Autriche, en Suisse  et qui aujourd’hui nous interroge sur les répercutions à long terme que cela pourrait engendrer.

Cercueil - décompositionCet étrange constat montre que des corps enterrés il y a plusieurs décennies, ont l’apparence aujourd’hui de corps inhumés récemment. « Alors qu’un processus de décomposition dure en moyenne entre 8 et 10 ans, maintenant cela durerait beaucoup plus longtemps ». Un inconvénient majeur qui rendrait plus complexe la gestion des rotations de concessions avec pour conséquence immédiate, un manque de place pour les personnes qui décèdent aujourd’hui. Une chose prise au sérieux par les pompes funèbres, les scientifiques et les administrateurs  qui, lors d’une rencontre à Hambourg, ont émis deux hypothèses sur les raisons de ce phénomène :

  • La première hypothèse serait  l’alimentation qui contient une panoplie d’éléments conservateurs.
  • La deuxième hypothèse serait due aux pesticides et la pollution ayant pour effet de  détruire les vers, bactéries et nombre de micro-organismes nécessaires dans le travail de décomposition d’un corps. “Les processus de décomposition naturelle sont ralentis, constate le Pr Horn. Nous pensons que ce phénomène est dû à l’absence d’une bactérie importante, mais nous ne savons pas à quoi tient cette absence.”

En attendant de trouver la cause réelle, des propositions de solutions ont étés autorisées comme de remplacer le bois de chêne des cercueils par le pin qui a pour avantage de se dégrader plus rapidement. D’injecter aux défunts des produits chimiques stimulant ainsi leur décomposition. D’utiliser des sacs de jutes, coton ou toile pour l’enterrement des corps. Ou encore l’idée de sarcophage en béton favorisant le passage de l’air et donc le processus de décomposition, une idée qui va peser lourd pour les porteurs de cercueils !

Et vous qu’en pensez-vous ?

Pour plus d’information, voir l’article publié dans Magazine résonance n°92-Juillet, p24-25.

Stradal funéraire est le fondateur de ce blog. Auteur et éditeur pour le monde funéraire et cinéraire, je souhaite vous faire partager une actualité riche et pertinente de ce secteur d’activité.

Facebook Twitter Google+ 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise KeyWordLuv. Indiquer VotreNom@VotreMotClef pour profiter d'un backlink sur le mot clef de votre choix.

Derniers articles